Marché : la course à la globalisation s’accélère dans les paiements.

1,8 milliard d’euros. Tel est le montant déboursé par Visa pour acquérir la fintech suédoise Tink référente dans le domaine de l’open banking. L’initiative, annoncée fin juin 2021, n’est pas passée inaperçue aux yeux de l’écosystème européen des paiements. Et pour cause, elle est le reflet de plusieurs réalités. D’une part, elle confirme l’ambition de l’acteur américain des paiements dans le domaine de l’open banking. D’autre part, elle matérialise bien la tendance à la concentration qui se précise depuis plusieurs années au sein de ce marché (cf. récentes actualités de Worldline, par exemple). Enfin, elle atteste de la tendance à la globalisation qui se renforce de plus en plus au sein du secteur des paiements.

Et de fait, rappelons-le, en termes de stratégies, les logiques régionales sont de plus en plus parallèles à des initiatives cross-borders en passe de transformer le marché. Parallèlement aux efforts entrepris par les banques européennes pour lancer EPI, nous avons ainsi pu observer des initiatives marquantes comme l’accord entre l’asiatique Tencent et deux fintechs françaises (Lydia et Qonto), sans oublier l’accord entre Mastercard et FinGo dans le domaine de la biométrie, ou encore la tentative récente de Visa avec Plaid. Dès lors, en concrétisant l’acquisition du suédois Tink, Visa peut avancer ses pions dans le domaine de l’open banking et réaffirmer ses ambitions au sein du continent européen, à l’heure où les stratégies prennent une note de plus en plus transfrontières.

Ainsi pourrait-on citer l’exemple de l’acteur néerlandais Adyen, souhaitant renforcer son positionnement sur le marché américain grâce à l’obtention d’une nouvelle licence. Preuve d’une nouvelle étape stratégique au sein de l’écosystème des paiements, de plus en plus placé sous le signe de la globalisation. Quelle place pour les acteurs européens du paiement dans cette logique marché désormais globalisée ? La question est ouverte et nul doute que les projets opérationnels en cours, à l’image d’EPI, pourraient permettre à l’Europe de se distinguer d’un point de vue stratégique grâce à l’émergence de modèles européens.

Pôle Études | Partelya Consulting

Par Andréa TOUCINHO, Directrice Études, Prospective et Formations,

Related Posts