Paris Europlace 2019

Marchés émergents, finance verte et souveraineté européenne : axes de développement de la finance mondiale, selon Paris Europlace

L’événement incontournable dédié aux acteurs de la finance, Paris Europlace, s’est tenu les 9 et 10 juillet au Pavillon Gabriel à Paris. Plus de soixante pays étaient ainsi représentés pour réfléchir et débattre sur les évolutions de la finance mondiale. Au programme : finance verte, potentialités des pays émergents et souveraineté européenne dans le domaine des paiements.

La finance, un vecteur de développement des sociétés et un atout incontestable de l’économie globalisée. Tels sont les deux préceptes applicables au positionnement éditorial de Paris Europlace, événement qui réunit depuis un certain nombre d’années les acteurs centraux de la finance mondiale. Au programme de l’édition 2019, les potentialités des marchés émergents, avec notamment les témoignages de Frédéric Oudéa, Directeur Général de Société Générale, entité s’étant illustrée dans les investissements sur le marché africain, ou encore Mohamed Maait, Ministre des Finances égyptiens, illustrant parfaitement dans quelle mesure les services financiers peuvent constituer un moteur de croissance des infrastructures, au service du développement des Etats.

Et de fait rappelons que dans une économie mondialisée marquée par une logique de blocs et une coexistence entre des régions – Amérique, Asie, Europe, notamment – marquées par des tensions géopolitiques latentes, les régions émergentes semblent constituer une valeur ajoutée non négligeable dans le domaine financier. L’Amérique Latine, riche en diversité, constitue ainsi l’un des moteurs de développement de la nouvelle économie grâce, notamment, à des Etats comme le Brésil, le Mexique et la Colombie riches en initiatives dans le domaine de la fintech et à des stratégies de collaboration étroites avec certains Etats européens, notamment les pays de Péninsule Ibérique avec qui une alliance régionale a été constituée dans le domaine de la fintech. L’Afrique, quant à elle, constitue un continent aux multiples mosaïques, qui regorge de richesses. A des pays du Maghreb souhaitant s’engager dans une digitalisation de leur économie s’ajoutent des pays d’Afrique subsaharienne porteurs de modèles alternatifs, sans oublier des pépites nationales aux économies déjà mondialisées, comme l’Angola ou encore l’Afrique du Sud.

Interrogation qui subsiste dans l’analyse prospective de l’évolution de la finance mondiale : comment conjuguer ces différences qui sont porteuses de multiples richesses ? L’une des réponses a été apportée, d’un point de vue résolument pragmatique, lors de l’événement Paris Europlace : la signature d’un accord de coopération entre l’IFC – International Finance Corporation, l’Université Paris Dauphine et Paris Europlace sur le développement de la formation et la recherche liées à la finance de ces régions émergentes. Officialisé par Philippe Le Houerou, The World Bank, Isabelle Huault, Présidente de Paris Dauphine et Augustin de Romanet, Président de Paris Europlace, cet accord laisse présager – si ce n’est des actions concrètes sur ces régions – au moins une prise de conscience sur les potentialités qu’elles représentent. Perspective qui ne remet néanmoins pas en question le potentiel des régions développées, et notamment le continent européen, la souveraineté européenne se voulant ainsi, rappelons-le, un axe de réflexion majeur des acteurs de la finance mondiale, notamment dans le domaine des paiements.

Andréa TOUCINHO

Pôle Études | Partelya Consulting

 

Related Posts