Instant payment, CBDC… : l’innovation financière au cœur de la stratégie du régulateur brésilien

EDITO SEPTEMBRE 2020

 

Quelques mois après avoir annoncé le lancement de l’open banking, le Brésil se trouve à nouveau sous le feu des projecteurs. En effet, le pays d’Amérique du Sud, qui mise de plus en plus sur des solutions digitales alternatives, semble franchir un cap dans le domaine des services financiers.

Rappelons ainsi qu’en plus du lancement de l’open banking, le Brésil travaille depuis plusieurs mois sur le déploiement de sa solution d’instant payment. Baptisée Pix, l’offre devrait être effective le 16 novembre 2020. Selon João Manoel de Mello, directeur de l’organisation du système financier de la Banque Centrale du Brésil, cité par Agência Brasil le 20 août 2020, la solution devrait être gratuite pour les personnes physiques. L’intéressé ajoute que le régulateur brésilien établira un cadre spécifique dédié à l’utilisation tarifée de Pix par les personnes morales. En d’autres termes, une innovation financière encadrée par le régulateur, comme l’a démontré il y a quelques mois le débat suscité dans le pays sur le lancement d’une solution de paiement basée sur le réseau WhatsApp.

Et pour cause, plus qu’un simple instrument de paiement, Pix est perçu comme l’une des briques constitutives d’un nouveau secteur financier axé sur le digital. L’une des priorités du régulateur brésilien repose ainsi sur la transformation de l’intermédiation financière, qui a longtemps reposé, dans le pays, sur des instruments traditionnels.

Ainsi, parallèlement à cette initiative, la Banque Centrale du Brésil a créé un groupe de travail dédié à l’analyse des opportunités liées à l’émission de monnaie digitale dans le pays. A l’image d’autres Etats, le régulateur brésilien envisage la monnaie digitale de banque centrale comme l’un des éléments qui constituera le futur des relations financières. Via ce groupe de travail, la Banque Centrale du Brésil souhaite enquêter sur les bénéfices de cette innovation pour la société brésilienne en prenant en considération les réalités et défis du contexte national. Elle souhaite également analyser comment cette monnaie digitale peut apporter des bénéfices complémentaires à ceux véhiculés par Pix. Ces travaux et réflexions passeront, selon le média national Correiobraziliense.com, par la proposition de modèles d’émission de la monnaie digitale, l’identification des risques notamment en termes de cybersécurité, la protection des données et l’adhésion aux normes liées à l’inclusion financière et la stabilité économique dans le pays.

Reste à savoir comment ces travaux, orientés sur le développement de l’écosystème national, pourront faire écho aux réflexions entreprises au sein d’autres Etats et s’intégrer dans une logique internationale.

Par Andréa TOUCINHO, Directrice Études, Prospective et Formations,

Pôle Études | Partelya Consulting

Related Posts