L’Open Banking axe d’amélioration de l’expérience client

 ÉDITO Juin 2020

 

« Tremplin » de l’Open Finance. Telle a été l’expression utilisée lors du Webinar organisé par Open Banking Expo le 20 mai 2020 pour qualifier l’importance de l’Open Banking dans l’évolution des modèles financiers. En dépit d’approches distinctes, ce concept se veut une réalité dans différentes régions du monde, et pas seulement en Europe où il est poussé par la réglementation, en l’occurrence une DSP2 renforçant l’ouverture du marché. Ainsi, selon une étude Finastra citée dans un article publié par Finextra le 26 mai 2020, 86% des banques dans le monde travaillent actuellement sur l’utilisation des API pour renforcer leurs capacités dans le domaine de l’Open Banking dans les douze prochains mois. L’enquête, réalisée sur 774 banques du monde, démontre ainsi une maturité des entités financières dans l’adoption des API. Subsistent néanmoins certaines attentes en termes d’harmonisation réglementaire sur les différentes régions du monde, à l’image des Etats-Unis, de l’Amérique Latine ou encore de l’Asie. Une tendance qui se vérifie sur le terrain si l’on prend en considération les points de vue partagés lors du webinar organisé par Open Banking Expo le 20 mai. Les orateurs, issus de différents pays européens comme le Portugal, le Royaume-Uni ou encore les Pays-Bas, convergent ainsi sur le fait que « l’Open Banking constitue un long parcours mais une forte opportunité de glaner des données et d’évoluer vers de meilleurs produits et services ». Un prérequis demeure cependant : la nécessité de « donner du pouvoir » aux clients, qui doivent être informés des contours de cette évolution. Plus généralement, les professionnels européens convergent sur le fait que l’Open Banking constitue un nouveau cycle pour le secteur financier et permettra l’émergence d’innovations comme l’identité digitale. Autre vertu : l’opportunité que représente cette évolution en termes de compétitivité pour les acteurs historiques, notamment face aux ambitions des big techs. N’oublions pas également les potentialités en termes de développement des écosystèmes locaux. Dernier exemple en date : le Brésil, qui a annoncé le lancement de l’Open Banking le 20 mai 2020, en adoptant une nouvelle législation autorisant le partage de la donnée. Pour ce pays, les potentialités sont nombreuses : émergence de nouveaux acteurs, développement de business models novateurs, essor de nouveaux outils et services comme des plateformes de comparaison de produits, ou encore des instruments dédiés à la gestion des finances… L’heure semble être à la création d’une nouvelle phase de développement pour l’industrie financière brésilienne. Gageons que l’écosystème européen saura tirer les enseignements des approches développées dans d’autres région du monde pour mettre à profit ce modèle dans la construction d’une nouvelle étape dans l’évolution de l’industrie financière, placée sous le signe de l’harmonisation et de l’efficience technologique et servicielle.

Par Andréa TOUCINHO, Directrice Études, Prospective et Formations,

Pôle Études | Partelya Consulting

Related Posts