Diversité et globalisation : Un pari gagnant pour l’entreprise de demain

Plus que jamais, une globalisation qui se veut inclusive doit s’appuyer sur la diversité. Telle a été l’hypothèse soulevée lors de la quatrième rencontre de l’European Women Payments Network (EWPN) France, organisée en collaboration avec la société Gocardless. Objectif : apporter un éclairage sur les difficultés et bonnes pratiques prenant en compte la diversité comme un facteur de réussite des entreprises à dimension globalisée.

 

Alors que l’écosystème traditionnel des paiements et – plus généralement – bancaire cherche sa voie dans la transformation de son modèle, l’ouverture du débat à d’autres secteurs ou acteurs semble une opportunité pour faire émerger de bonnes pratiques et une saine réflexion.

La diversité est une richesse pour les entreprises

Les entreprises à dimension globale – qu’elles soient déjà matures ou nouveaux entrants sur le marché – ont en commun un certain nombre de préoccupations en matière de management des ressources humaines, que leur impose la diversité. Mc Kinsey (Delivering Through Diversity, 2018) a démontré que les entreprises qui représentent la diversité et la parité dans leurs équipes dirigeantes ont 21% plus de chances d’être rentables et 27% plus de chances de générer une valeur supérieure. GoCardless affiche ainsi aujourd’hui 37 % de femmes dans ses effectifs – au-delà de la moyenne des fintechs françaises (26% de femmes) – avec un objectif de 25% de femmes dirigeantes. Au sein des équipes, il s’agit également de travailler avec des collègues d’autres cultures, et souvent localisés dans d’autres pays du Globe. Concrètement, les illustrations exposées démontrent à quel point cette multiplicité culturelle pousse les collaborateurs à se questionner, voire à remettre en question certaines de leurs pratiques et habitudes pour effectuer leur travail. C’est cette obligation liée à la diversité de facto qui fait la force de ces écosystèmes, avec des collaborateurs plus ouverts aux autres cultures. Il est essentiel pour ces entreprises globales de reproduire la diversité du Globe au sein de l’entreprise pour appréhender les besoins spécifiques des différents pays couverts et décliner des produits et campagnes marketing idoines.

La globalisation influence la conception même de management au sein de l’entreprise

Créer du lien et une collaboration efficace au quotidien avec une équipe éclatée dans le monde constitue un véritable challenge. En effet, managers, collaborateurs et actionnaires ne sont plus nécessairement au même endroit du Globe, et doivent cependant trouver une organisation efficace. L’entreprise doit donc à la fois créer du lien et un sentiment d’appartenance à une entité, sans parler de la culture d’entreprise, qui doit nécessairement prendre en compte ces critères. Ce phénomène est exacerbé par l’émergence du recrutement de collaborateurs à distance (Remote workers) via des plateformes de recrutement globales, l’entreprise choisissant de recruter le meilleur expert en s’affranchissant de son lieu de résidence.

Comment créer du lien entre collaborateurs répartis aux quatre coins du Globe ?

Manager depuis Paris une équipe composée de cinq nationalités et basée en Chine ne peut fonctionner que grâce à des rencontres régulières (tous les trimestres), consistant à partager du temps de travail mais aussi social, afin de créer ce lien qui pourra ensuite être entretenu via – à la fois – une attention portée aux « signaux faibles humains » et – des outils comme les groupes « whatsapp ». Maintenir le lien avec ses associés, ses actionnaires et son équipe, répartie dans plusieurs pays nécessite une attention particulière, qui peut même parfois devenir plus intense qu’en vis-à-vis. Enfin, comprendre les différences culturelles est la condition sine qua none pour évoluer dans cet environnement complexe, et appréhender quand s’y conformer ou quand il est possible de les faire évoluer, au bénéfice des projets de l’entreprise. Mettre plus d’humain dans le travail, c’est justement tenir compte de cette diversité protéiforme qui demeure très présente à l’échelle du Globe – sexe, âge, culture, climat, etc. – et y puiser les ressources dont a besoin l’entreprise, en construisant des solutions différenciées selon le lieu géographique, et nourrissant ainsi cette multi-culturalité que les GAFAMs tenderaient – au contraire – à uniformiser.

Les nouvelles solutions sont plus inclusives nativement

Les nouvelles entreprises qui se pensent globales dès le départ doivent prendre au sérieux la question de la diversité au sein de l’entreprise, au travers d’initiatives qui sont reconnues par les collaborateurs comme ayant du sens. Starling Bank, construite ex nihilo comme une plateforme de services et avec un souci d’inclusion et de diversité, s’est par exemple illustrée dans ce domaine. Une question demeure cependant : quelles politiques mettre en place pour accompagner ces évolutions. Sur ce point, la société Gocardless a partagé sa politique en la matière : sensibiliser les collaborateurs en leur apprenant à repérer les stéréotypes pour mieux les combattre ainsi qu’à mieux comprendre et accepter la différence (awareness) ; lutter contre les discriminations à l’embauche en formant les équipes de recrutement à la non-discrimination et à la lutte contre les préjugés, de la rédaction des offres d’emploi aux entretiens d’embauche ; favoriser la mobilité pour tous en proposant des programmes de mentorat et de formation au leadership, afin d’encourager la mobilité professionnelle pour tous au sein de l’entreprise ; formaliser les engagements en élaborant des politiques de ressources humaines équitables, tant en matière de congé parental que d’évaluation des performances ou de couverture sociale. Mais ce n’est pas tout. Il s’agit également d’accorder une attention particulière à la relation humaine. A distance, si le poids social de la représentation obligée en entreprise au quotidien disparaît, le lien entre les collaborateurs apparaît comme devant être plus qualitatif pour être efficace et pérenne. Des rencontres régulières physiques doivent avoir lieu, avec une dimension sociale (afterwork) qualitative qui posera les fondements de la connaissance et de la confiance dont a besoin la relation à distance pour bien fonctionner.

Avec :

  • Svetlana Baranov, CEO, 21 Banking, auteure et experte en banque digitale
  • Claire Passy, CEO et fondatrice de Thereshegoes
  • Marina Schaepelynck Romero Aguila, Global Marketing Director, Lenovo
  • Solenn Thomas, consultante en recrutement de profils Managers, Hauts potentiels & Experts rares & Fondatrice du mouvement Eklore, qui œuvre à inspirer une transformation humaniste du monde du travail

Et pour Gocardless :

  • Aude Cavallier, Enterprise Sales
  • Caroline Lucas-Conwell, Marketing International
  • Ilhame Mahrouch, Senior Solutions Engineer

Estelle Brack et Andréa Toucinho

Ambassadrices European Women Payments Network (EWPN) France

Related Posts