La Colombie cherche à moderniser ses services financiers

La Colombie, quatrième économie de l’Amérique latine avec près de 50 millions d’habitants, devrait connaître en 2019, selon le FMI, la seconde croissance la plus importante du continent après le Pérou, à hauteur de 3,6 %.

Pays jugé parmi les plus solides du continent, la Colombie regorge de ressources naturelles abondantes telles que : le café, le pétrole, le gaz, le charbon et l’or. Avec un fort potentiel touristique et une stabilité institutionnelle, la Colombie reste toutefois sensible à l’évolution des prix des matières premières. Précisons que la Colombie a été confrontée à des niveaux d’investissement historiquement bas et continue de faire face à un problème de sécurité lié au trafic de drogues.  Cependant, l’activité devrait se renforcer en 2019. En effet, le PIB s’est amélioré en 2018 et cela devrait se poursuivre. La croissance est soutenue par une amélioration des exportations et de la consommation des ménages. La Colombie, diversifiée industriellement, dispose également de quatre grands centres industriels : Bogota, Medellin, Cali et Barranquilla. Il est important de souligner également que la Colombie a fait beaucoup de progrès en termes de gouvernance et attire désormais même les investisseurs étrangers – il y aurait plus de 220 entreprises à capitaux français en Colombie, dont Renault, Casino. Le secteur des services a pris de l’importance ces dernières années en devenant le pilier de l’économie colombienne.  Il représente 55,7% du PIB et emploie 64,5% de la population active. L’économie est également stimulée par un secteur financier fort et dynamique.

Taux de pénétration de 100 % sur le mobile

Notons que la Colombie a un taux de pénétration de 100 % sur le mobile, ce qui permet aux Colombiens d’intégrer plusieurs aspects de la dématérialisation dans leur vie au quotidien comme la facture électronique ou la e-administration par exemple. Doté d’un secteur bancaire puissant qui cherche à se moderniser, malgré le fait qu’il apparaisse comme relativement sclérosé et compliqué notamment à cause de la lutte contre le blanchiment d’argent, la corruption et le trafic de stupéfiants, la Colombie mène de nombreux projets portés par les banques colombiennes pour favoriser l’inclusion financière par le biais de la technologie. En effet, le secteur bancaire colombien compte sur la numérisation de ses services (lancement d’applications, guichets en ligne, paiement sans contact, intelligence artificielle etc..) pour effectuer sa révolution. En 2017, la banque mobile colombienne a connu une forte croissance (+ 67%). Cet engouement des autorités colombiennes pour favoriser une inclusion financière les a poussés à se rapprocher d’autres pays tel que la France afin de découvrir les solutions digitales proposées par la fintech française et autres acteurs bancaires français sur différentes thématiques telles que les moyens de paiement, les paiements sécurisés et à distance, l’intelligence artificielle, l’innovation financière pour la cybersécurité et les API, le big data, la blockchain ou encore les cryptomonnaies. Les moyens de paiement alternatifs ont néanmoins du mal à gagner la confiance des Colombiens. Pour preuve, Paypal n’est resté que deux ans en Colombie. Sur le marché, la carte Visa est acceptée par la majorité des banques contrairement à la carte Mastercard qui n’est admise que par quelques banques. Les autres cartes sont rarement acceptées par les acteurs. Pour la Colombie, l’heure est désormais à la mise en place d’un environnement propice, flexible et agile pour le développement de solutions disruptives afin de permettre une réelle inclusion financière.

Par Andréa TOUCINHO, Directrice Études, Prospection et Formations,

et Muqtadir OURO-SAMA, Consultant Marketing Monétique et Moyens de Paiement

Pôle Études | Partelya Consulting

 

Related Posts