Services financiers : France Fintech se veut « force de proposition responsable »

Organisé à Station F le 9 avril 2019, le quatrième événement annuel de France Fintech a permis de donner la parole à plusieurs experts politiques et financiers afin de se pencher sur les enjeux liés à l’évolution des secteurs financiers.

Mixité. Internationalisation. Fintech for good. Tels sont trois des principaux défis adressés par la fintech française en 2019. Organisé le 9 avril 2019 à Station F, le quatrième événement annuel de France Fintech, qui s’est déroulé sous l’expression : « Destination Excellence », s’est voulu prospectif et engagé. Alain Clot, Président de France Fintech, rappelle ainsi en ouverture de l’événement que la fintech française est caractérisée par une « évolution exponentielle » aussi bien en termes de deals que de levées de fonds. L’internationalisation semble ainsi être la suite naturelle du chemin de ce secteur d’activité, qui franchit peu à peu le cap de l’européanisation si nous prenons en compte les initiatives institutionnelles et individuelles à l’image d’entités comme October (ex Lendix) ou encore Lemon Way. « Il semble essentiel, à date, de créer des champions mondiaux, dans la mesure où la France compte pour l’instant une licorne », insiste ainsi l’intéressé.

Mais l’internationalisation n’est pas le seul objectif défendu par France Fintech, qui se veut une « force de proposition responsable » dans le domaine de l’évolution des services financiers. « Bien qu’apolitique, France Fintech est un acteur engagé qui effectue des travaux avec les acteurs de la réglementation et les législateurs » pour faire évoluer le marché. L’un des sujets défendus n’est autre que la mixité, évolution fortement adressée par l’organisation qui a présenté le 4 avril son quatrième rapport annuel sur la parité dans le secteur de la fintech en France. Et de fait, avec 9 % de fondatrices de fintech en France, des efforts restent encore à fournir pour ouvrir ce domaine d’activité à la diversité.

Objectif qui rejoint une autre thématique émergente, la « fintech for good » ou comment la fintech peut constituer un atout pour l’inclusion financière et la transformation de la finance. En somme, comment réconcilier la finance avec le bien collectif et l’humanité, à l’image de ce que défend le désormais très célèbre député Cédric Villani, également convié à cet événement. Selon ce dernier, l’avènement des nouvelles technologies et les évolutions géostratégiques, notamment européennes avec par exemple le Brexit, peuvent constituer une opportunité pour la Place financière de Paris de se distinguer en tant qu’acteur d’une nouvelle finance, plus responsable et tournée vers la société. Reste à savoir si les acteurs du terrain se mettront en ordre de marche pour concrétiser ces objectifs.

Andréa TOUCINHO

Pôle Études | Partelya Consulting

 

Related Posts