Le Brésil, nouvel eldorado des services financiers innovants

Avec plus de 200 millions d’habitants et de véritables mégalopoles telles que São Paulo, le Brésil est un marché très attractif pour les fintechs. En effet, hyper connecté avec 139 millions d’utilisateurs d’Internet, ce pays arrive à la quatrième place de la connexion à la Toile dans le monde. Néanmoins, l’intégration financière reste un problème majeur comme dans la plupart des pays d’Amérique Latine.

Avec plus de 110 millions d’actifs, le Brésil compte 50 millions de titulaires de compte détenteurs d’une carte bancaire. Preuve qu’une marge de manœuvre existe dans l’équipement en moyens de paiement électroniques. L’un des problèmes majeurs est l’accès aux marketplaces et commerces en ligne. Même si le Brésil est très digitalisé et l’un des pays les plus connectés, beaucoup de Brésiliens ne possèdent pas de compte en banque ou de carte bancaire, ce qui les empêche d’avoir accès au paiement en ligne.  Boleto Bancário, communément appelé Boleto, est un moyen de paiement en espèces très populaire au Brésil, qui représente 15% de part de marché. C’est aussi le seul moyen de paiement dont disposent 35% des consommateurs qui ne possèdent pas de compte bancaire, selon le FMI. Le paiement s’effectue par l’intermédiaire d’un coupon, délivré lors du règlement et payé à une banque brésilienne ou un magasin participant, sur Internet ou sur mobile. Le paiement est sujet à un autre point noir : le prix des cartes bancaires pour les commerçants (une commission de 3% + 130R$ par mois pour le terminal de paiement). De plus, les vendeurs doivent attendre 30 jours pour recevoir l’argent. Le marché est dominé par un petit nombre d’acquéreurs comme Rede, Cielo, Stone, et les marchands sont légalement obligés d’accepter les paiements par carte au-delà d’1R$. Les Brésiliens apprécient également de pouvoir payer en plusieurs fois et ce, sans frais. Généralement, les vendeurs demandent aux banques de leur créditer le montant total auquel ils ajoutent des frais d’anticipation. Tous ces coûts rendent les cartes bancaires et les paiements en ligne très chers.

 Un contexte favorable à l’essor du paiement électronique

Le paiement mobile se développe au Brésil grâce à l’alliance positive des facteurs suivants : des opérateurs de réseaux mobiles et des institutions financières fortes, un taux élevé de pénétration des téléphones mobiles et des cartes bancaires, des développeurs locaux d’applications et la présence d’acteurs internationaux dans l’industrie des transactions sécurisées. MFS (Mobile Financial Services), une entreprise commune de Telefónica et de Mastercard Worldwide, a lancé le premier service de paiement par mobile au Brésil. Le service permet aux clients Vivo (l’opérateur de réseau mobile de Telefónica au Brésil) d’avoir accès à un compte prépayé sur leur téléphone grâce auquel ils pourront transférer de l’argent, acheter des crédits pour les téléphones à carte de Vivo et payer des factures. Les clients peuvent également choisir de recevoir une carte prépayée Mastercard qui est connectée au même compte prépayé. Ils peuvent utiliser cette carte pour faire des achats dans plus de 1,8 million d’établissements et retirer de l’argent de distributeurs Cirrus. Parmi les moyens de paiement les plus courants, on compte bien sûr la carte bancaire. Celle-ci permet aux internautes de régler en ligne une commande passée sur un site marchand rapidement. Pour faciliter la transaction, un très large choix de cartes de paiement à la disposition des clients. Des solutions de paiement électroniques mondiales sont également proposées, comme Paypal et Safetypay, utilisés par les Brésiliens qui effectuent des achats sur Internet. Par ailleurs, le Boleto Bancario est le moyen de paiement en ligne réglementé par la Fédération brésilienne des banques. Il est utilisé par 24 % des acheteurs brésiliens en ligne. C’est un virement bancaire hors ligne. Après avoir passé leur commande sur une plateforme e-commerce, le client paye directement dans une banque locale. Ensuite, il imprime sa facture sous forme d’un code-barres.

Focus sur les BRICS

Le groupement économique du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud (BRICS), travaille actuellement à la création d’un système de paiement unique et commun, BRICS Pay. Il a comme objectif la facilitation des paiements en détail et des transactions financières entre les pays membres. Les BRICS indiquent que le service ne fera pas doublon avec les systèmes de paiement nationaux. Il relie les cartes de crédit ou de débit des citoyens des cinq pays BRICS à des portefeuilles en ligne, ce qui leur offrira la possibilité de payer avec un smartphone quelle que soit la devise utilisée. Objectif : renforcer la popularité des systèmes de paiement nationaux, qui remplaceront alors progressivement Visa et Mastercard. En conclusion, le Brésil est devenu un nouvel eldorado pour les services financiers, après le Mexique et son immense écosystème. Tous les secteurs sont en mouvement, des paiements aux cryptomonnaies. A titre d’exemple, le Brésil a vu naître sa première licorne : la néo-banque Nubank. De la même manière que les autres néo-banques comme Banco Neon ou Digio, Nubank bouleverse le système bancaire traditionnel qui faisait payer des frais importants aux consommateurs. Ces néo-banques font uniquement payer aux consommateurs les services qu’ils utilisent avec des frais inférieurs. Les fintechs constituent une véritable évolution pour le Brésil auparavant caractérisé par un marché financier conservateur et oligopolistique.

Par Andréa TOUCINHO, Directrice Études, Prospection et Formations, et Cheikh DIENG, Stagiaire Études et Veille

Pôle Études | Partelya Consulting

 

Related Posts